THE CULT OF THE NATION IN FRANCE: INVENTING NATIONALISM, 1680-1800

 (Cambridge, Mass.: Harvard University Press, 2001)

 By David A. Bell


  
APPENDIX:   
Antoine-Léonard Thomas, Jumonville  (Paris, 1759) 
 edited by David A. Bell 
  
  
This appendix should be read alongside Chapter III, “English Barbarians and French Martyrs,” of The Cult of the Nation in France (pp. 78-106). What follows is  the full text of one of the most significant pieces of French propaganda from the Seven Years' War, a work which exemplifies several important trends in the development of eighteenth-century French national sentiment. My  short introduction brings together material on the poem from the chapter, and elaborates further on several themes. 
  
  
Introduction 
  
       I. The Poem and its Significance. 
  
            “No people on hates and despises another people so much as the English do the French,” wrote the Swiss scholar Johann Georg Zimmermann in 1768.  But, he quickly added, “The French have a thousand monuments in which they repay the English their scorn.” And as the prime example of this French Anglophobia, he cited Antoine-Léonard Thomas's recently published poemJumonville. [1] Whether or not the poem deserves this dubious accolade is difficult to say; it had considerable competition. But it was certainly one of the most significant pieces of French war propaganda from the Seven Years' War. It was widely read, to judge by Zimmermann's citation, and the lengthy and prominent reviews accorded to it in publications such as the Mémoires de Trévoux, the Journal Encyclopédique, and the Journal des Savants.[2] It launched its author, then an obscure 27-year old, on a career as a significant literary figure in eighteenth-century France. It was also the most extensive literary treatment of a key episode in eighteenth century French imperial history: the killing of the French ensign Joseph Coulon de Jumonville by Virginia militia and their Indian auxiliaries in the Ohio Valley in 1754. This event, which the French loudly denounced as an atrocity, marked the start of what Americans call the “French and Indian War,” and also the entrance onto the world stage of a figure later to achieve a certain prominence in American history: George Washington. Finally, in its comparison of a civilized, cosmopolitan and generous France to a “barbaric,” xenophobic and selfish England, the poem provided one of the fullest and most interesting expressions of a widely shared eighteenth-century vision of French national identity. 
  
            The 59-page poem is written in alexandrines, and divided into four “chants.” Thomas also included a twenty-page preface describing the events on which the work was based. While the bulk of the poem itself is devoted to Jumonville's death, the first "chant" lays the scene, describing the coming of the conflict, which Thomas blamed entirely on British aggression. The last "chant," meanwhile, closes with a fantastical vision of Britain defeated, its empire in ruins, its colonists massacred, which events were belying even as the poem was being published. The style of the poem is classical, and clearly derivative of Virgil's Aeneid. Not only does Thomas have an epigraph from Virgil; he frequently likens his heroes, and indeed entire nations, to rivers, storms, and animals, in a manner reminiscent of the Roman poet (and also, of course, of Homer). Throughout his career, Thomas imagined himself an epic poet in the Virgilian mode, and struggled unsuccessfully to complete a lengthy epic poem about a classic Enlightenment hero, Peter the Great of Russia, which he entitled La Pétréide (fragments were published posthumously). [3] 
  
            Jumonville, or fragments of it, have been reprinted in the different editions of Thomas's works (most recently in 1873). However, it has never been republished separately, or made available on-line. It has also been the object, so far as I can tell, of virtually no critical literary study. I see no reason to dissent from the literary judgment impliled by this lack of attention.. As a poem,Jumonville is competent and entertaining, but also forced and overwrought, and contains little memorable imagery, with the notable exception of the wonderfully precise description of cannon fire on pp. 48-49.. Its innovation and attraction lies more in its attitude towards its subject matter, and what this reveals about eighteenth-century French national sentiment. 
  
            First, Thomas gave fullest expression to a theme that dominated the French propaganda of the Seven Years War: that of the English as barbarians and outlaws, and the French as representatives of what the nineteenth century would call the "civilizing mission." Thomas drew a sharp contrast between the "savage," but honest and simple North American Indians, who had proved receptive to the teachings of the civilized and temperate French, and the English, who angrily rejected this revealed wisdom and committed every manner of atrocity. This contrast formed a critical part of what was arguably the most widely shared vision of French national identity in the mid-eighteenth century. In addition, the utter demonization of the English as a race apart from civilization, and the brutal pleasure taken in their destruction and death (as at the conclusion of Jumonville)  helped set the stage for the development of later forms of racially-based national hatreds.. 
  
            Secondly, by choosing as his subject not a famous noble commander, but "a simple French officer" (p. xvi), and making him the symbol of the French nation as a whole, Thomas's work exemplified a new, more egalitarian form of French writing on the nation. "Du vertueux Français, tel est le caractère" (p.18). The poem  from which the name of King Louis XV is almost entirely absent, highlighted the extent to which, as I argue in The Cult of the Nation, this war was the first to be widely perceived in France not as a war between monarchs or royal houses, but a war between opposing nations. 
  
  
II. The Story (from "The Cult of the Nation in France", pp. 78-9) 
  
            “In the early morning of May 28, 1754, in the woods of what is now southwestern Pennsylvania, a killing took place. The victims, a thirty-six year-old French-Canadian officer named Joseph Coulon de Jumonville, and nine soldiers under his command, had pitched camp for the night, on the way from their base at Fort Duquesne (present-day Pittsburgh), to Britain's Fort Necessity, more than 40 miles to the south. Although supposedly at peace, France and Britain were each building chains of forts to support their rival claims to the great stretches of land between the Appalachians and the Mississippi, in the great game of military chess familiar from the novels of James Fenimore Cooper. Jumonville's mission was to instruct the British to withdraw, immediately, from what the French considered their territory. At Fort Necessity, however, Seneca Indian scouts had not only informed the inexperienced, twenty-two year-old British commander about Jumonville's approach, but persuaded him it was the prelude to a French attack (the Seneca leader Tanaghrisson, known as the Half King, had his own grudge against the French). The commander therefore moved to intercept the French with a detachment of his own, and crept up on their encampment at dawn. It is unclear exactly who opened fire, but after a few confused volleys, the French were quickly overcome. Jumonville, wounded but alive, died under the Seneca leader's hatchet. The Senecas took several French scalps, and the newly-seasoned British officer wrote boastfully to his brother back home in Virginia:  “I heard the bullets whistle, and believe me, there is something charming in the sound.” 
            “This incident has long been familiar to North American historians. It marked not only the opening skirmish in what would soon develop into the Seven Years' War, but also a key moment in the career of the cocky young British officer--a man by the name of George Washington. In fact, it nearly brought Washington's career to a premature end. Scarcely a month after Jumonville's death, a large French force, led, dramatically enough, by Jumonville's brother, Coulon de Villiers, captured Fort Necessity in a pitched battle with Washington's forces. They then forced Washington to sign a confession that he had “assassinated” an ambassador travelling under a flag of truce. Only Washington's slippery insistence that he had not understood the French text he had signed allowed him to avoid a damaging scandal. His detractors and admirers have argued about the incident ever since. 
            “Yet Jumonville's death, for all its importance to the outbreak of hostilities and to Washington's career, also had a prominent place in a very different theater of operations. During the Seven Years' War, both the French and British made wide use of printed propaganda, and the French side used Jumonville's death as a leitmotif, a perfect illustration of the perfidious English enemy's treacherous conduct. Pamphlets, songs, journals, and supposedly impartial collections of documents stridently condemned the English and Washington (sometimes misidentified as “Wemcheston”), while enshrining the dead officer as a martyr of the patrie.” 
            Additional Note: Jumonville himself was born in 1718 in Verchères, Canada, one of six sons of the military noble Nicolas-Antoine Coulon de Villiers and Angélique Jarret de Verchères. He served in the campaign against the Chickasaws in 1739, and in 1745 married Marie-Anne-Marguerite Soumande in Montreal. He subsequently served on the Acadian frontier, and in combat against English forces on the border with New York [4]. 
            
III. The Author 
  
            Antoine-Léonard Thomas's misfortune is to have established himself as the unsurpassed master of a literary genre which posterity has largely forgotten: the eighteenth-century “eulogy of great men.” Had he succeeded in his ambition of becoming an epic poet, he might have enjoyed more lasting fame. Instead, after completing Jumonville, he concentrated his efforts on eulogies, taking part in the biennial eloquence competitions of the Académie Française, and also writing an extensive Essai sur les éloges, which became the standard eighteenth-century text on the subject. 
  
            Born into a bourgeois family in Clermont-Ferrand in 1732, Thomas shined in his studies, and was sent to Paris at an early age to study philosophy and law. He worked for a time as an attorney's clerk and as a teacher, and also as a secretary to the Duc de Choiseul, France's foreign minister. He began writing literary essays, and in 1759 achieved his first success with Jumonville.Choiseul wished to sponsor his nomination to the Académie Française, but Thomas refused to compete with Marmontel for the open position, resulting in a loss of official favor. Although he never succeeded in his poetic ambitions, he won the first five of the Académie's eulogy contests, starting with his paean to the Maréchal de Saxe in 1759. His essays stressed the way the lives of "great men" illustrated the full flowering of the human spirit, focusing less on their great deeds than on their strength of character, which manifested itself as much in disgrace and defeat as in triumph and victory. [5] Thomas finally entered the Acadëmie himself in 1767, and was counted there among the party of the philosophes. 
  
            Physically deblitated by constant disease, Thomas lived modestly with his sister, and never married. In addition to his eulogies, the Essai, and Jumonville, he is also known for an Essai sur les femmes. He died in 1785. 
  
  
IV. A Work of Propaganda: Thomas's Use of His Sources 
  
            While Jumonville expressed Thomas's poetic ambitions, it was also, obviously, meant as a work of propaganda against the English. Indeed, it needs to be seen as part and parcel of the large-scale propaganda campaign deployed by the French ministry during the war, under the overall direction of the lawyer and journalist Jacob-Nicolas Moreau. So closely did Jumonville fit into this program, that it cannot be considered primarily a product of Thomas's imagination. In the poem, he drew his information from Moreau's own writings, and his principal themes are precisely the ones Moreau himself chose to emphasize. There is no indication that Thomas actually produced the poem under Moreau's direction, although, given both men's connection to Foreign Minister Choiseul, this scenario is eminently plausible. But the work was anything but that of an entirely independent poet. The same point, incidentally, can also be made about many of Thomas's éloges, which similarly functioned as part of what I have termed an eighteenth-century project of "royal patriotism" in France (see The Cult of the Nation, pp. 121-25). 
  
            In 1755, under the direction of the ministry, Moreau began to publish an occasional newspaper under the title L'observateur hollandois [6]. Ostensibly a series of letters between (netural) Dutch burghers, the paper in fact served to disseminate the French government's point of view on the burgeoning conflict in North America--hostilities had not yet been declared in Europe (on this subject, see The Cult of the Nation in France, pp. 87-91). Much of the second letter was devoted to the Jumonville incident, and Moreau returned to the issue many times in subsequent issues [7]. The preface to Thomas's poem amounts to a close paraphrase of the relevant section of Moreau's second letter, with considerable material taken verbatim. Furthermore, the key themes of the poem itself--the "barbarism" of the English, the contrast between the English and the "savage" but honest Indians, and Jumonville's status as an iconic Frenchmen, are all present in Moreau's account. Even Jumonville's epigraph, from Virgil's Aeneid ("Quod genus hoc hominum? quaeve hunc tam barbara morem / Permittit Patria"--Aeneid I: 539-40), was first quoted by Moreau.[8] As The Cult of the Nation shows (esp. pp. 83-93), many other propaganda works of the period are similarly endebted to Moreau. 
  
  
Notes 
  
[1] Johann Georg Zimmermann, Vom Nationalstolze (4th edn., Zurich, 1768), p. 177.  “Kein Volk auf der Erde verachtet und hasset zugleich ein anderes Volk mehr, als die Engländer die Franzosen [...] Aber auch in tausend Denkmalen haben die Franzosen diese verachtung den Engländer erwiedert.” Zimmermann may have also made the remark in earlier editions, which I have not been able to consult. 
  
[2] Mémoires de Trévoux, 1759,  II:1116-33; Journal encyclopédique 1759,  IV, part III: 123-40; Journal des Savants, June 1759, 429-31. 
  
[3] See Chronique littéraire, no. 2, 25 Nivôse, An X, “Fragments de la 'Pétréide' de feu M. Thomas.” 
  
[4] See W.J. Eccles, "Coulon de Villiers de Jumonville, Joseph," in Dictionary of Canadian Biography, vol. III (Toronto, 1974), pp. 150-51. 
  
[5] For the best analysis of Thomas's éloges, see Jean-Claude Bonnet, Naissance du Panthéon: Essai sur le culte des grands hommes (Paris, 1998), pp. 67-82. 
  
[6] [Jacob-Nicolas Moreau] L'observateur hollandois, ou lettre de M. Van ** à M. H** de la Haye (The Hague, 1755).  Subsequent issues, published in 1755-57, have the title "ou seconde lettre," "ou troisième lettre," etc. 
  
[7] Moreau, Seconde lettre, pp. 20-40; Troisième lettre, pp. 3-4, 25; Cinquième lettre, p. 32. 
  
[8] Moreau, Cinquième lettre, p. 32. 
  
  
Brief Bibliography 
  
Bonnet, Jean-Claude, Naissance du Panthéon: Essai sur le culte des grands hommes (Paris, 1998). 
Dziembowski, Edmond,  "Les Débuts d'un publiciste au service de la monarchie: L'Activité littéraire de Jacob-Nicolas Moreau pendant la guerre de sept ans," Revue d'histoire diplomatique, no. 4 (1995), pp. 305-22. 
----------, Un nouveau patriotisme français, 1750-1770: La France face à la puissance anglaise à l'époque de la guerre de Sept Ans (Oxford, 1998). 
Eccles, W.J., "Coulon de Villiers de Jumonville, Joseph," in Dictionary of Canadian Biography, vol. III (Toronto, 1974), pp. 150-51. 
Gembicki, Dieter, Histoire et politique à la fin de l'ancien régime: Jacob-Nicolas Moreau (1717-1803) (Geneva, 1976). 
Jennings, Francis, Empire of Fortune: Crowns, Colonies and Tribes in the Seven Years War in America (New York, 1988). 
Leduc, Gilbert F., Washington and the "Murder of Jumonville" (Boston, 1943). 
Micard, Etienne, Un écrivain académique au XVIIIe siècle: Antoine-Léonard Thomas (1732-1785) (Paris, 1924) 
Robitaille, abbé Georges, Washington et Jumonville (Montreal, 1933). 
White, Richard, The Middle Ground: Indians, Empires and Republics in the Great Lakes Region, 1650-1815 (Cambridge, 1991).


 


  
Note on the Text 
  
            The following transcription is based on the 1759 edition.. I have respected the eighteenth-century spellings, punctuation, and use of accents, which are occasionally inconsistent. Original page numbers are given in square brackets. I have retained Thomas's original footnotes, marked by an (*). I have also added a few explanatory footnotes of my own, which are marked as [Note 1]. 
  
  
The Text


 
  
  

  
JUMONVILLE 
  
POëME 
  
Par M. Thomas 
  
P.E. L'U.D.P. [Note 1] 
  
-------------------------------------------------------------- 
  
                               Quod genus hoc hominum? quaeve hunc tam barbara morem 
                               Permittit Patria? Virg. AEneid. [Note 2] 
  
---------------------------------------------------------------------------------- 
  
M.DCC.LIX 
  
  
  
[iii.] 
  
PREFACE 
  
Le sujet de ce Poëme est l'assassinat de M. de Jumonville en Amérique, & la vengeance de ce meurtre. Comme les événemens sur lesquels cet Ouvrage est fondé, pourroient n'être pas connus de tout le monde, je vais d'abord en retracer une légère idée. On y verra, pour ainsi dire, le fond du tableau ; & par-là, on sera mieux en état de distinguer les traits étrangers que l'imagination a ajoutés à l'histoire. 
  
            La Paix d'Aix-la-Chapelle faite en 1748, sembloit avoir pacifié l'Europe ; mais le germe de toutes les guerres, l'ambition & [iv] l'intérêt subsistoient encore. Cette Nation politique, ambitieuse & hautaine, ennemie de la France, autant par haine que par système, aussi avide de s'aggrandir, qu'indifférente sur le choix des moyens, cherchoit dans l'exécution même du Traité de Paix, de nouvelles semences de guerre. Les limites des Colonies causèrent entre la France & l'Angleterre de très-grandes discussions, pour lesquelles on nomma respectivement des Commissaires. Mais tandis que les Anglois faisoient semblant de négocier avec la France pour terminer ces restes de divisions, déjà la guerre étoit résolue dans leur conseil. Maîtres des plus riches contrées dans l'Amérique septentrionale, leur ambition dévoroît encore les forêts du Canada.[v] Enlever ce pays à la France, aggrandir leur comemrce, & se frayer un passage dans nos Isles, dont le Canada est le plus fort boulevard, c'étoit pour eux trois puissans motifs qui les excitoient à l'invasion. La justice & les Traités s'y opposoient : mais parmi les hommes, le sort de la Justice, c'est d'être toujours écrasée par l'intérêt ; & les Traités n'ont jamais été un frein pour l'ambition. 
  
            En 1753, les Anglois, sans aucun prétexte, & dans le temps qu'on étoient en pleine paix, franchissent les Monts Apalaches, qui séparent leurs Colonies d'avec les nôtres. Ils s'avancent en corps d'armée sur les Terres de la domination de France, & conduisent avec eux plusieurs piéces de [vi] canon. M. de Contrecoeur, Officier François, commandoit un corps de troupes qui avoient été posté sur les bords de l'Oyo [Ohio], pour éclairer la conduite des Sauvages voisins. Il apprend que les Anglois s'étoient avancés jusqu'à la riviere de Malenguélé [Monogahela], & qu'ils se fortifioient. Il crut que son devoir l'obligeoit de s'y opposer. Mais avant d'employer la force, cet Officier qui craignoit de rallumer la guerre, voulut tenter les voies juridiques. Il envoya au Commandant Anglois, un Officier distingué, avec une Lettre dans laquelle il le sommoit de retirer ses troupes de dessus les Terres de la domination Françoise. Les Anglois feignirent d'abord de satisfaire à cette sommation ; mais en effet, craignant [vii] d'être bien-tôt attaqués, ils se hâterent d'achever le Fort qu'ils avoient commencé à bâtir; ils l'appellèrent le Fort de la Nécessité. 
  
            M. de Contrecoeur étoit incertain si les Anglois s'étoient retirés. Pour s'en assurer, il fit partir le 29 May M. de Jumonville, Officier François plein de mérite, & lui donna une escorte de trente hommes pour l'accompagner. Il avoit ordre de découvrir si les Anglois étoient encore sur les Terres de France; & s'il les rencontroit, de notifier à leur Commandant une seconde sommation de se retirer. Cet Officier part avec son escorte. Il étoit encore à une certaine distance du Fort ; tout-à-coup il est environné d'Anglois qui font sur lui [viii] un feu terrible. Il fait signe de la main au Commandant ; il montre ses dépêches ; il demande à être entendu ; le feu cesse, on l'entoure, il annonce son caractère & la qualité d'Envoyé ; il lit la sommation dont il est porteur ; il n'étoit encore qu'à la moitié de sa lecture, les Anglois l'assassinent. Telle est la réponse qu'une nation, prétendue philosophe, a fait au discours d'un envoyé François, dont la personne étoit consacrée par un titre regardé dans tous les siécles & dans tous les pays, comme inviolable. Le feu recommence aussi-tôt. La troupe qui escortoit Jumonville est enveloppée. Huit hommes de cette escorte sont tués & tombent à côté du corps sanglant de leur chef. Le reste forcé de se rendre est fait prisonnier. [ix] Un seul Canadien se sauve & vient porter l'horrible nouvelle. M. de Contrecoeur crut alors qu'il ne devoit point différer à venger l'outrage fait à la France & au Roi son maître. Les Sauvages indignés de l'horreur d'un tel crime, qui peut-être est innconnu chez eux, viennent en foule la massue en main pour lui offrir leurs services. Tous respirent la vengenace. Tous veulent punir les assassins des François leurs bienfaiteurs. Ce détachement part du Fort du Quesne ; il est commandé par M. de Villiers, frère de M. de Jumonville. Cet Officier, qu'animoient en même-tems & la nature & l'amour de la patrie, avoit à venger & le meurtre d'un frère, & l'insulte faite à la France. Les Sauvages lui servent de guides. Il arrive [x] le 3 Juillet au lieu où s'étoit commis l'assassinat. Il le trouve encore teint du sang de son frère ; il voit les corps des François encore étendus. Quel spectacle ! bien-tôt le Fort des Anglois est investi & attaqué ; le feu dure avec la plus grande violence pendant trois heures de suite. Le Fort s'ébranle, & la garnison n'a plus de défense. 
  
            Les ordres de M. de Villiers portoient expressément de ne faire des acts d'hostilités, qu'autant qu'il en faudroit pour chasser les Anglois du Fort qu'ils avoient bâti, & pour évacuer les Terres de France. On vouloit éviter tout ce qui pourroit causer une rupture entre les deux Couronnes : & tandis que les Anglois, par le plus grand [xi] de tous les crimes, se teignoient du sang d'un envoyé François ; les François respectoient le sang même de ces assassins. M. de Villiers fidèle à ce plan de modération & d'humanité, fait crier aux assiégés que s'ils veulent parler, il fera cesser le feu. Aussi-tôt il se présente un Capitaine Anglois pour capituler. Les articles furent bien-tôt signés. On permit aux Anglois de sortir du Fort avec les honneurs de la guerre & une piéce de canon. Les François se rendirent même les défenseurs de leurs ennemis contre les Sauvages qui cherchoient à les déchirer. On finit par détruire le Fort, monument affreux & de l'injuste usurpation des Anglois & du crime qu'ils avoient commis pour s'en assurer la possession. 
  
            [xii] Telle est l'histoire des événemens sur lesquels ce Poëme est fondé. Je dois maintenant rendre compte des légers changements que j'y ai faits. 
  
            Un Poëme ne doit être ni une froide gazette, ni un ouvrage purement d'imagination. Il faut qu'il soit appuyé sur des fatis réels, pour exciter un véritable intérêt : mais il ne faut point qu'il suive trop scrupuleusement le fil de l'histoire, de peur que l'imagination qui doit être échauffée par la lecture d'un Poëme, ne se refroidisse & ne se glace. L'art du Poëte consiste donc à choisir dans l'histoire quelque grand événement qui puisse intéresser par lui-même. C'est le bloc de marbre qui est entre les [xiii] mains du Sculpteur, & dont il doit faire une belle statue selon la nature & les régles de son art. Mais comme il est permis au statuaire de prendre les dimensions qu'il veut, & de retrancher de cette piéce de marbre, tout ce qu'il juge à propos ; de même le Poëte peut écarter tous les petits événemens dont le détait seroitn inutile ou contraire à son plan & appésantiroit la marche de son Poëme. Ainsi l'a pratiqué Corneille dans Rodogune & dans Cinna, Racine dans Britannicus & dans Mithridate, M. de Voltaire dans sa Henriade & dans les belles Tragédies de Brutus & de Rome sauvée. 
  
            Les principaux changemens qu'on s'est [xiv] ici permis, regardent sur-tout le dénouement. Selon l'Histoire, les François sont entrés dans le Fort par capitulation ; ils ont même traité les Anglois avec les plus grands égards, comme s'ils eussent été encore en paix avec eux. Dans le Poëme au contraire, il ne sont animés que des mouvemens de la vengenace ; ils combattent avec autant de fureur que d'intrépidité pour punir les assassins de Jumonville ; & après en avoir fait périr un grand nombre par le fer & la flamme, ils chargent les autres de chaînes sur les débris de leurs murailles. Il est aisé de justifier ces changemens. Le sujet du Poëme, comme je l'ai déjà dit, est l'assassinat de Jumonville, & la vengeance qui en est tirée. Or si la vengeance se bornoit à faire sortir [xv] les Anglois du Fort, elle ne seroit ni assez complette ni assez éclatante. D'ailleurs, comme dans tout le cours du Poëme, on représente les François & l'Officier qui les commande, comme occupés du soin de cette vengeance ; ils ne rempliroient plus leur caractère à la fin du Poëme, si on leur faisoit tenir la conduite qu'ils tinrent en effet, forcés par des ordres supérieurs. Le Poëte a dû les faire agir, comme ils auroient agi sans doute, s'ils avoient été les maîtres de se régleur sur leurs propres sentimens. La poësie suit la nature pour régle, & non les ménagements de la politique. 
  
            C'est pour la même raison, qu'on a ajoûté à la fin un tableau général de toutes les disgraces [xvi] que les Anglois ont essuyées depuis le commencement de cette guerre, sur terre ou sur mer, dans l'Europe ou dans l'Amérique, dans l'Afrique ou dans les Indes. On les présente comme une punition de cet assissinat, contraire à toutes les loix des nations, afin ue ce crime paroisse assez vengé : & par-là ce morceau rentre dans le plan général du Poëme. 
  
            Quoique Jumonville ne fût qu'un simple Officier François, & que son nom ne fût point connu avant cette tragique avanture qui ne l'a rendu que trop célébre, on a cru que sa mort pouvoit être assez intéressante pour former le sujet d'un Poëme. Ce n'est [xvii] plus ici un simple particulier ; c'est un homme revêtu d'un caractère sacré, & qui en sa qualité d'Envoyé, représente l'auguste corps de sa nation. Son assassinat n'est point un de ces meurtres qui doivent être confondus dans la liste des crimes obscurs & vulgaires ; c'est un crime qui doit exciter l'indignation de tous les peuples, qui attaque les loix primitives des nations, qui renverse tous les fondemens du droit politique établi entre les hommes. J'ose le dire, cette mort doit intéresser, non-seulement la nation Françoise, mais même toutes les nations du monde, excepté celle qui a pu commettre un tel crime. Eh quoi! pour mériter notre attention, faudra-t'il toujours des titres & [xviii] des grandeurs ? quelle malheureuse foiblesse de l'esprit humain, de ne s'intéreresser qu'au sort de ceux que la fortune a élevés au-dessus de nos têtes? Ne suffit-il pas d'être homme & d'être notre égal, pour avoir droit de nous attendrir ? Parmi nous on ne fait les éloges funèbre que de ceux qui pendant leur vie ont porté des titres pompeux. Mais à Athènes & dans Rome, tous ceux qui avoient servi la patrie, ou qui étoient morts pour elle, avoient droit aux éloges de leurs concitoyens : & les Orateurs ou les Poëtes qui jettoient des fleurs sur leurs tombeaux, excitoient toujours l'attention publique. 
  
            D'ailleurs, tous les arts doivent se rapporter au bien de l'humanité. Ils doivent avoir [xix] pour but d'inspirer aux hommes l'amour de la justice & l'horreur du crime. Et que font les talens, s'ils ne doivent point servir à rendre les hommes meilleurs ? la poësie sur-tout, qui dans les premiers siécles, n'étoient autre chose que l'histoire des événemens célèbres, doit se ressouvenir de son ancienne origine. Elle est chargée de transmettre à la postérité, le dépôt des vertus & des crimes, pour instruire les hommes. L'assassinat de Jumonville est un monument de perfidie qui doit indigner tous les siécles. On doit employer tous les moyens pour en perpétuer le souvenir : & puisque pour le malheur du genre humain, il n'y a  point de Tribunal où l'on puisse citer les nations coupables, du moins que la postérité en tienne lieu, qu'elle les [xx] flétrisse, & que la crainte de l'infâmie soit au moins un frein qui les retienne. 
  
            Je ne dirais plus qu'un mot sur ce Poëme. L'Auteur l'a travaillé autant que la foiblesse de son génie lui a pu permettre. Il n'ignore point combien l'art d'écrire en vers est difficile. Il est sur-tout effrayé par le dégoût du Public, qui rassassié de tant de chef-d'oeuvres en ce genre, rendu superbe & difficile par la lecture continuelle de Boileau, de Racine, de Rousseau & de Voltaire, fatigué même de la Poësie qui commence à tomber parmi nous, juge avec beaucoup de sévérité ces sortes d'ouvrages, quand il daigne les lire.


 


  
[1] 
  
JUMONVILLE 
  
POëME 
------------------------------------------------------------------ 
CHANT PREMIER. 
  
La paix a disparu : de nouvelles tempêtes 
Dans un ciel orageux éclatent sur nos têtes. 
La Tamise en fureur mugit dans ses roseaux : 
Pour combattre la Seine, elle arme tous les flots. 
La Sprée * a sur ses bords appellé la victoire ;                              * Fleuve qui coule à Berlin 
Et ce fleuve autrefois, qui sans nom & sans gloire, 
Sur un sable inconnu rampoit obscurément, 
Redoutable aujourd'hui par son débordement, 
[2] Dans sa course orgueilleuse entraîne des Courronnes, 
Veut rouler en grondant sur les débris des Trônes, 
Au Danube asservie prétend donner des fers, 
Et du bruit de son cours remplir tout l'Univers. 
Excité par le choc de ce commun orage, 
Sur les bords Espagnols j'entends frémir le Tage. 
Je vois son urne d'or sous sa main s'agiter, 
Et son courroux naissant déjà prêt d'éclater. 
  
   O malheureux mortels, votre aveugle furie, 
De meurtres, de combats, n'est donc point assouvie? 
Vous verra-t-on toujours, prêts à vous égorger, 
Accroître vos malheurs en voulant les venger, 
Et sans cette aiguisant de criminelles armes, 
Vivre sur des débris arrosés de vos larmes? 
Quoi, la guerre est encore où triomphe les Arts? 
Quand ce flambeau sacré qui luit à vos regards 
Eclaire vos esprits de ses divines flammes, 
Le flambeau de la haine embrase encore vos ames? 
[3] Les Sages de la terre en sont les oppresseurs! 
Des Tigres & des Loups nous conservons les moeurs. 
Par les Arts éclairés, sommes-nous moins barbares, 
Que le Huron sauvage, ou les Hordes Tartares? 
  
   Fiers Anglais, de la France implacables rivaux, 
C'est vous dont la fureur a creusé ces tombeaux ; 
Vous de qui la raison, en son orgeuil extrême, 
Se croit un rayon pur de l'essence suprême, 
Vous ces êtres pensans, ces sages révérés 
Par qui tous les mortels devoient être éclairés. 
  
   C'est peu d'avoir forgé le glaive de la guerre, 
De prodiguer votre or pour les maux de la terre ; 
Vos sacrilèges mains ont commis des forfaits 
Que les voiles du tems ne couvriront jamais. 
Pirates, assassins, usurpateurs, parjures! 
Quel horrible tableau pour les races futures! 
  
[4]   La Muse qui préside à l'immortalité, 
Et qui grave en airain l'austère vérité, 
Dérobe également à l'oubli des ténèbres, 
Et les grandes vertus & les crimes célèbres. 
J'ose donc retracer un de ces attentats, 
Dont la honte à jamais doit flétrir vos états. 
Puissai-je, ô Jumonville, éternisant ta gloire, 
Dans des chants immortels consacrer ta mémoire, 
Et de tes assassins dépeignant la fureur, 
Imprimer à leurs noms une éternelle horreur! 
  
   Et vous dont la valeur & le zèle intrépide, 
Vengea sur ces brigands ce barbare homicide ; 
Permettez que ma main attachant vos lauriers, 
Du prix de la victoire orne vos fronts guerriers. 
  
   Pour verser dans mon sein les flammes du génie, 
Je n'invoquerai point les Dieux de l'harmonie. 
J'abandonne le Pinde & ses sacrés vallons. 
Ma Patrie & mon Roi, voilà mes Apollons. 
  
[5]   Sensible aux longs malheurs qui désoloient la terre, 
Louis avoit fermé les portes de la guerre. 
Le soldat désarmé, cultivant les guérets, 
Moissonnoit dans son champ les trésors de Cérès. 
La rouille dévorante émoussoit les épées, 
Que du sang des humains Bellone avoit trempées, [Note 3] 
Et du Dieu des combats les redoutables traits, 
Dormoient dans le silence, entassés par la paix. 
  
   Mais la paix vainement suspendoit les allarmes ; 
L'Anglais, toujours féroce, est rebelle à ses charmes. 
Ce peuple impérieux, fier ennemi des loix, 
Esclave sous Cromwel, & tyran sous ses rois, 
Qui tout couvert du sang des plus nobles victimes, 
N'a dû sa liberté qu'à deux cents ans de crimes, 
Prétend forger des fers aux autres Nations, 
Respire encore le meurtre et les divisions. 
Son génie indigné voit l'heureuse abondance, 
Enrichit de ses dons & couronner la France; 
  
[6] Tout l'or des Nations, par cent canaux divers, 
Couler dans nos cités, des bouts de l'Univers ; 
Nos Lys qui transplantés au sein du nouveau monde, 
Fleurissent à l'envi sur leur tige féconde ; 
Les arides déserts du Sauvage habités, 
Changés par nos travaux en superbes cités, 
Et des climats brûlans jusqu'aux glaces de l'ourse, 
Le commerce Français aggrandi dans sa course. 
  
   Un autre objet encore vient aigrir ses douleurs, 
Et réveille en son sein ses jalouses fureurs. 
Nos triomphes passés & notre antique gloire, 
Des champs de Fontenoy l'importune mémoire, 
Les palmes de Raucoux, & les sanglants affronts 
Que Laufelt imprima sur leurs superbes fronts, [Note 4] 
De ces affreux objets les lugubres images, 
Tourmentent jour & nuit ces féroces courages. 
La sombre jalousie aveuglant leur raison, 
Verse dans tous les coeurs son funeste poison, 
  
[7] Et la haine attisant ces feux illégitimes, 
Leur soufle la vengeance, & les excite aux crimes. 
  
   Dans ces vastes climats si long-tems ignorés, 
Du reste des humains par les flots séparés, 
Que ce fameux Génois*, fier vainqueur des orages     * Christophe Colomb qui découvrit l'Amérique 
Découvrit le premier à travers les naufrages, 
Les Français secondés par Neptune & les vents, 
Ont d'un empire heureux jetté les fondemens. 
Une France nouvelle en ces lieux florissante, 
Remplit cet Univers de sa grandeur naissante, 
Et croissant à l'abri du Trône de nos Rois, 
Fleurit paisiblement sous d'équitables Loix. 
Cent fleuves fortunés, descendus de montagnes, 
De leurs fécondes eaux arrosent ces campagnes : 
La main de la nature, utile avec grandeur, 
Y creusa de cent lacs la vaste profondeur. 
La terre si long-tems au repos condamnée, 
Sous de sauvages mains flétrie, abandonnée, 
Sous la main du Français ranimant sa beauté, 
Reprend son premier charme & sa fécondité. 
  
[8] Des troupeaux mugissans les vallons retentissent, 
Sous les épics dorés les campagnes jaunissent; 
Et les Arts, de l'Europe enfans industrieux, 
De leur brillante aurore embellissent ces lieux. 
  
   Les grossiers habitans de ces lointains rivages, 
Formés par nos leçons, instruits par nos usages, 
Dans l'école des Arts & de l'humanité, 
De leurs sauvages moeurs corrigent l'âpreté. 
Sous leurs toits de roseaux ils bravent la mollesse, 
Leur arc & leur carquois sont leur seule richesse : 
Leur coeur simple & naïf dans sa férocité, 
Respecte du Français la sage autorité : 
Les Français bienfaisant console leur misere, 
Les aime en Citoyen, & les gouverne en Pere. 
  
   Des Tours, des Boulevards & des Forts menaçans, 
D'un art fier & terrible étrangres monuments, 
Etonnent ces climats par leurs pompeux ouvrages, 
Et des Peuples jaloux répriment les ravages. 
  
[9] Leur redoutable enceinte enferme des soldats 
Que la France a formés au grand Art des combats ; 
Et Neptune y porta ces foudres de la terre, 
Ouvrages de l'Europe & rivaux du tonnerre. 
  
   L'Anglais, dont le génie embrasse l'Univers, 
Presse encor les Français même au-delà des mers. 
Il regne ainsi que nous sur de vastes contrées, 
Qu'à ses fiers Leopards la fortune a livrées. 
Cent monts audacieux, l'un à l'autre enchaînés, 
Hérissés de forêts, de neiges couronnés, 
Des deux Peuples voisins redoutables frontieres, 
Elévent jusqu'aux Cieux leurs superbes barrieres. 
  
   Des Anglais, tout-à-coup, les nombreux bataillons 
Du Canada surpris inondent les sillons ; 
Le concert belliqueux des clairons & des armes, 
De la guerre orageuse annonce les allarmes ; 
Leurs Drapeaux déployés qui flottent dans les airs, 
Appellent les combats sur ce triste Univers. 
  
[10] L'Oyo [Ohio] qui reposoit dans ses grottes profondes, 
Tout-à-coup sous son urne entend frémir ses ondes. 
A ce trouble imprévu dans le sein de la paix, 
Il quitte avec effroi son humide Palais, 
Et levant sur les flots sa tête blanchissante, 
De son corps azuré presse l'onde écumante. 
Il voit des fiers Anglais les torrens débordéns, 
Couvrir de Bataillons tous ses bords inondés ; 
De crainte à cet aspect ses regards se troublerent, 
Sur son front pâlissant, ses roseaux s'ébranlerent ; 
Ses flots épouvantés, pleins de trouble & d'horreur, 
A Neptune en grondant vont porter leur terreur. 
  
   Cependant enivrés d'une folle espérance, 
Les Anglais sur ces bords marchoient en assurance. 
La terreur devançoit leurs redoutables flots, 
La fiere ambition voloit sur leurs Drapeaux, 
Devant leurs Bataillons la discorde fatale, 
Secouoit dans ses mains une torche infernale ; 
  
[11] Et cachant avec soin un fer ensanglanté, 
La sombre trahison marchoit à leur côté. 
  
   Mais c'est peu d'envahir : ces brigands homicides 
De nos champs désolés usurpateurs perfides, 
Déjà pour assurer leurs sinistres projets, 
Construisent en ces lieux un azile aux forfaits. 
Tel, un fleuve fougueux surmontant son rivage, 
Se creuse un lit nouveau dans les champs qu'il ravage. 
  
   O Citadelle impie! ô lieux infortunés! 
De quel crime inoui vous serez étonnés! 
Témoin de ce forfait qui va bientôt éclore, 
Le jour lui à regret sur vos murs qu'il abhorre ; 
Et frémissant d'horreur sous un Peuple assassin, 
La terre avec effroi vous porte sur son sein. 
  
   Et vous fastes des temps, ô siécles, ô mémoire! 
Conservez à jamais cette effroyable histoire. 
De la vertu trahie il faut venger les droits, 
Et l'artisan du crime en doit porter le poids. 
  
[12] Que l'Univers m'entende, & que l'Anglais frémisse. 
La honte du couplable est son premier supplice. 
  
   Ce monstre à mille voix, plus prompt que les éclairs, 
Echo tumultueux des bruits de l'Univers, 
L'agile Renommée en parcourant le monde, 
Suspend chez les Français sa course vagabonde : 
Leur apprend que l'Anglais, d'un pas audacieux 
Affranchi[t] ces rochers qui s'élèvent aux Cieux, 
Ces remparts éternels bâtis par la nature, 
Qu'il traîne sur ses pas le meurtre & le parjure. 
  
   Couronnés de l'olive, au sein de leurs remparts, 
Les Français occupés du Commerce & des Arts, 
Sur la foi des Traités, sans crainde les allarmes, 
D'une profonde paix goûtoient alors les charmes. 
Chacun veut à l'instant signaler ses transports, 
Réprimer des Anglais les insolens efforts, 
  
[13] D'une guerre naissante étouffer l'incendie, 
Et dans leur sang impur laver leur perfidie. 
Leur Chef, sans condamner leur noble activité, 
Modère les accès d'un courage emporté. 
Il voit que de ce feu la première étincelle, 
Peut être le flambeau d'une guerre cruelle, 
Peut trouver dans sa course un funeste aliment, 
Et causer dans l'Europe un vaste embrasement. 
Il voudroit épargner, en écartant la guerre, 
Des crimes aux Anglais, des larmes à la terre. 
  
   Avant d'armer la France, & de souiller ses mains 
Du sang trop prodigué des malheureux humains, 
Il veut que revêtu d'un sacré ministère, 
De la foi des Traités sage dépositaire, 
Un Envoyé prudent, organe de la paix, 
Porte aux Usurpateurs la plainte des Français. 
  
   Parmi les combattans dont l'errante fortune 
Fut sur ces bords lointains conduite par Neptune, 
  
[14] Et qui dans ces déserts témoins de leur valeur, 
De l'empire des lys soutenoient la grandeur ; 
Deux illustres mortels, Devilliers, Jumonville, 
Arrosoient de leur sang cette rive stérile. 
Sages dans les conseils, hardis dans les combats, 
Le bruit de leurs exploits voloit dans ces climats. 
Issus du même sang, nés de la même mere, 
Leur bouche s'appelloit du tendre nom de frere, 
Leurs coeurs étoient unis : ils ressentoient tous deux 
De la vive amitié les transports vertueux ; 
Et ces noeuds, qui formoient la chaîne la plus pure, 
Avoient encor serré les noeuds de la nature. 
Dans le même berceau, sous les mêmes lambris, 
Tous deux dans leur enfance avoient été nourris. 
Lorsqu'ensuite le temps & l'ardente jeunesse, 
De leurs membres nerveux eut formé la souplesse, 
Ces deux héros, unis dans leurs amusemens, 
S'occupoient à dompter des coursiers écumans : 
Aux hôtes des forêts leurs bras faisoient la guerre, 
Ils apprenoient ensemble à lancer le tonnerre. 
  
[15] Tous deux briguant l'honneur d'affronter les hazards, 
S'étoient le même jour consacrés au Dieu Mars, 
Et sous de nouveaux cieux, sur des rives nouvelles 
Jaloux de moissonner des palmes immortelles, 
Tous deux fuyant ensemble un indigne repos, 
De la mer orageuse avoient franchi les flots. [Note 5] 
  
   Leur mere, languissante au sein de sa patrie, 
Traînoit encore loin d'eux une mourante vie. 
Hélas ! le seul espoir de revoir ses enfans, 
La soutenoit encor sous le fardeau des ans. 
  
   Le jour, ce triste jour où la voile flottante 
Emporta ses deux fils sur la mer écumante, 
Jusqu'au funeste port elle suivit leurs pas, 
Tour à tour mille fois les serra dans ses bras, 
Et mouillant de ses pleurs les sables du rivage, 
Levant au ciel ses mains qu'appesantissoit l'âge, 
  
[16] ,, O Dieu, s'écria-t'elle, arbitre des humains, 
,, Toi, qui du haut des Cieux, gouvernes nos destins, 
,, Sois sensible à mes cris, aux larmes d'une mere, 
,, Veille sur mes enfans dans cet autre Hémisphère. 
,, De leurs jours menacés sur ces bords étrangers, 
,, Que ta main protectrice écarte les dangers. 
,, Si tu permets qu'un jour la France les revoye, 
,, Dieu puissant! à mon coeur réserve cette joye : 
,, Ne m'ouvre point encor les portes du tombeau, 
,, De mes jours presqu'éteints conserve le flambeau. 
,, Mais si le sort cruel outrageant ma vieillesse, 
,, D'un sinistre avenir menace ma tendresse ! 
,, O Dieu ! que mes douleurs te puissent attendrir : 
,, Que j'obtienne aujourd'hui la faveur de mourir 
,, Tandis que jouissant d'une heureuse ignorance, 
,, Mon coeur nourrit encor la flatteuse espérance ; 
,, Tandis qu'ô mes chers fils, je vous vois, je vous sens, 
,, Que je vous serre encor dans mes embrassemens. 
  
[17] Hélas ! des vents jaloux les haleines légères 
Dans les airs agités dispersoient ses prières. 
  
   Le rang d'Ambassadeur, ce titre révéré, 
Demandoit un héros, un ministre éclairé, 
Prudent avec grandeur, & ferme avec sagesse, 
Courageux sans orgueil, & souple sans bassesse. 
Jumonville est nommé d'une commune voix ; 
Semblable à ce Nestor que l'on vit autrefois 
Par les charmes flatteurs d'une éloquente adresse, 
Des farouches guerriers adoucir la rudesse ; 
Ce héros unissoit la valeur & les arts, 
Les palmes de Minerve, & les lauriers de Mars. 
  
   Devilliers tout-à-coup, en embrassant son frere, 
Sentit son coeur ému d'un trouble involontaire. 
Il mêla des soupirs à ses tendres adieux, 
Et long-temps dans la plaine il le suivit des yeux. 
  
[18]  Jumonville s'éloigne, & sa mâle assurance 
Annonce d'un grand coeur la noble confiance. 
Ministre pacifique, il ne soupçonnoit pas, 
Que la paix pût cacher un piége sous ses pas. 
Du vertueux Français, tel est le caractère. 
De l'honneur des Loix adorateur sévère, 
Ignorant l'art affreux de tramer les forfaits, 
Terrible dans la guerre, aimable dans la paix, 
Ami juste & sincère, ennemi magnanime, 
Le Français est trop grand pour soupçonner un crime.


 
  

  
------------------------------------------------------------------ 
CHANT SECOND. 
  
[19] Cependant il s'avance, & déjà ses regards 
Découvrent des Anglais les coupables ramparts. 
Soudain de mille coups l'orageuse tempête 
Annonce le trépas qui siffle sur sa tête. 
Jumonville s'arrête : il instruit les Anglais 
Qu'il vient leur apporter des paroles de paix ; 
Il montre cet écrit, ce gage tutélaire, 
Interprête muet de son saint ministère. 
Le feu cesse à l'instant; & l'airain enflammé 
A retenu la mort dans son sein refermé. 
On l'entoure, on s'empresse; un bruit plus favorable 
Succéde en un moment à ce bruit formidable. 
Ainsi sur l'Océan qu'un orage a troublé, 
Quand sur les flots émus le calme est rappellé, 
On n'entend qu'un bruit sourd de la vague écumante, 
Qui s'appaise en grondant & retombe mourante. 
[20] Des farouches Anglais tels paroissoient les flots, 
Quand le sage Envoyé leur adressa ces mots. 
  
   ,, Illustres ennemis, appuis de l'Angleterre, 
,, Citoyens dans la paix, Héros pendant la guerre, 
,, Que le ciel avec nous fit roi de ces climats, 
,, Je ne viens point ici, Ministre des combats, 
,, Dans un sang généreux tremper mes mains cruelles, 
,,  Et vuider par le fer nos discordes nouvelles. 
,, D'un ministère saint revêtu par les loix, 
,, Des augustes traités je reclame les droits. 
,, Chaque état en naissant eut ses bornes prescrites. 
,, La nature a pris soin de fixer nos limites : 
,, Ces sauvages rochers entassés jusqu'aux cieux 
,, Ont servi de barriere à nos communs ayeux ; 
,, Et de tous les traités l'uniforme langage 
,, Des mains de la nature a confirmé l'ouvrage. 
,, Cependant votre audace a franchi ces ramparts ; 
,, L'Oyo [Ohio] voit sur ses bords flotter vos étendarts. 
[21] ,, De ce triste univers troublant la paix profonde, 
,, Faut-il toujours combattre & ravager le monde? 
,, De nos divisions l'humanité frémit, 
,, L'Amérique les pleure, & l'Europe en gémit. 
,, Le droit, ce droit affreux d'exterminer les hommes, 
,, A regné trop long-tems sur la terre où nous sommes. 
,, De l'Aurore au Couchant, & du Nord au Midi, 
,, De nos derniers combats le bruit a retenti. 
,, Ah! craignons d'exciter de nouvelles injures, 
,, De rouvrir de nos mains ces sanglantes blessures. 
,, Les nouveaux mouvemens qui troublent nos déserts, 
,, Pourroient par leur secousse ébranler l'Univers. 
,, Egaux par la nature, égaux par nos misères, 
,, Vivons tous en amis, en citoyens, frères; 
,, Que les noeuds des serments soient toujours respectés; 
,, Que la vertu nous lie & non pas les traités. 
[22] ,, Que dans le calme heureux d'une paix éternelle, 
,, Chaque Peuple ,, .... à ces mots que lui dictoit son zèle, 
Par un plomb homicide indignement percé, 
Aux pieds de ses bourreaux il tombe renversé. 
Trois fois il souleva [soulève] sa pesante paupière, 
Trois fois son oeil éteint se ferme à la lumière. 
De la France en mourant le tendre souvenir, 
Vient charmer sa grande ame à son dernier soupir. 
Il meurt : foulés aux pieds d'une troupe inhumaine, 
Ses membres déchirés palpitent sur l'arène. 
  
   O vous, de cette terre antiques habitans, 
Citoyens des forêts, dans les antres  errans, 
Dont l'Europe orguielleuse, au sein de la mollesse, 
Contemple avec dédain la sauvage rudesse, 
Parlez: l'astre du jour qui luit sur vos forêts, 
A-t'il vu parmi vous de semblables forfaits? 
Du moins votre grossiere & farouche droiture 
Suit les premieres Loix de la simple nature. 
[23] L'Anglais, nouveau barbare, a traversé les mers 
Pour apporter ce crime au fonds de vos déserts. 
Allez, du fer tranchant d'une hache sanglante, 
Graver sur vos rochers cette image effrayante. 
Et vous, de l'univers agiles messagers, 
O vents, portez ce crime aux climats étrangers : 
Et dans le monde entier, semez de ville en ville 
Les soupirs qu'en mourant exhala Jumonville. 
Que les cris de son sang dont l'impuissante voix 
Se perd dans les déserts en reclamant les Loix, 
Que ces cris enlevés sur vos rapides ailes, 
Percent des vastes Cieux les voûtes éternelles. 
  
   Par un premier forfait dans le crime affermi, 
L'Anglais n'est ni cruel ni parjure à demi. 
Dans ses coupables mains la foudre se rallume, 
Sous un noir tourbillon tout le rivage fume. 
Huit Français sans défense, au même instant frappés, 
Des ombres de la mort tombent enveloppés. 
De leur sang répandu les ruisseaux se confondent, 
[24] A leurs soupirs mourans les cavernes répondent. 
L'Anglais ivre de sang pousse un cri dans les cieux, 
Et sa barbare joie étincelle en ses yeux. 
  
   Des loix des nations le suprême Génie, 
S'envole en frémissant de cette terre impie; 
Il craint de respirer un air si criminel : 
Il maudit à jamais ce rivage cruel. 
  
   Des Français désarmés le déplorable reste 
Survoit pour éprouver un destin plus funeste. 
Ces guerriers généreux, jouets de leurs tyrans, 
De climats en climats traînent des jours errans. 
Sous un ciel étranger, sans appui, sans fortune, 
Réduits à fatiguer d'une plainte importune 
De leurs fiers ennemis l'insolent pitié, 
Courbant sous la misère un front humilié, 
Leurs mains, ces mêmes mains ministres de Bellone, 
L'effroi de leurs Tyrans, & les soutiens du Trône, 
  
[25] Tremblantes aujourd'bui, pour conserver leurs jours, 
De quelques alimens implorent les secours. 
Quel sort pour des héros! ô France! ô ma Patrie! 
Arme toi pour venger ta majesté flétrie. 
  
   Tandis que les Anglais sur cet infâme bord, 
Portent de toute part l'esclavage ou la mort, 
Un seul Américain, emporté par la fuit, 
Trompe quelques instants leur ardente poursuite. 
Sa course eut prévenu la chût des torrens, 
L'oiseau qui fend les airs, & le souffle des vents : 
Son corps souple & léger touche à peine la terre. 
Mais qui peut devancer les aîles du tonnerre? 
Tout-à-coup élancé du cylindre brûlant, 
Sur ses pas fugitifs le plomb vole en sifflant, 
Et secondant trop bien une rage cruelle, 
Lui porte dans le flanc une atteinte mortelle. 
Par le plomb meurtrier le sauvage blessé, 
Pousse un cri dans les airs, mais n'est point terrassé. 
[26] Le désir d'échapper à ces tigres féroces, 
D'instruire les Français de ces crimes atroces, 
Sa robuste jeuneesse, & sa mâle vigueur 
Que n'a point de l'Europe énervé la langueur, 
Son sang qui bouillonnoit dans ses veine brûlantes, 
Tout ranime & soutient ses forces défaillantes; 
Et quoique dans son sein il porte le trépas, 
Il a loin des Anglais précipité ses pas. 
Tel dans les champs déserts du vagabond Numide, 
Un Cerf déja frappé d'une fléche rapide, 
Des piéges de la mort lorsqu'il est entouré, 
Des Chasseurs attentifs trompe l'oeil égaré : 
Il fuit, mais dans les bois tandis qu'il se retire, 
Il emporte avec lui le trait qui le déchire. 
  
   Des végétaux puissans dans les forêts éclos, 
De son sang qui couloit ont arrêté les flots. 
Il pénétre les bois, il franchit les abîmes, 
Des roches escarpés il assiége les cimes. 
[27] Ses hurlements plaintifs, ses cris remplis d'horreur, 
Partout sur son passage impriment la terreur. 
Il arrive couvert de sang & de poussiere, 
Ses yeux ne voyoient plus qu'un reste de lumiere. 
Sur son front éperdu ses cheveux hérissés, 
Les farouches accens de sa bouche élancés, 
Son souffle haletant, & sa bruyante haleine 
Qui de ses flancs pressés s'échappoit avec peine, 
Ses membres demi nuds & d'effroi palpitans, 
Sous son corps affoibli ses genoux tremblotans, 
La pâleur de la mort sur son visage empreinte, 
Portent dans tous les coeurs la tristesse & la craine. 
  
   Les Français pour l'entendre, autour de lui pressés, 
Ont la tête immobile & les regard fixés. 
Mais à peine on l'approche, à peine on l'environne, 
Epuisé tout-à-coup, sa force l'abandonne. 
Le sang qu'il a versé, sa course, ses efforts, 
De son corps défaillant on usé les ressorts. 
  
[28] De revoir les Français le plaisir trop funeste 
De ses foibles esprits a dissipé le reste. 
Trois fois il veut parler, & sa langue trois fois 
Pour le récit fatal ne trouve point de voix. 
Les noms d'Anglais, de crime, & d'assassin farouche, 
En sons entrecoupés s'échappent de sa bouche. 
Enfin son oeil mourant, fixé sur ces guerriers, 
Apperçoit près de lui le triste Devilliers. 
Il lui tend une main déja presque glacée, 
Et soulevant encor sa poitrine opressée, 
,, O mon Pere*, dit-il, avec de longs sanglots                     Les sauvages appellent les Français, 
,, Jumonville..... il expire, en prononçant ces mots.                leurs peres. 
  
   Des Français replongés dans leur incertitude, 
Sa mort a redoublé la sombre inquiétude. 
Ses discours, ses sanglots, son regard effaré, 
L'effroi qui se peignoit sur son front égaré, 
  
[29]  Leur apprend que l'Anglais, que ce peuple parjure, 
A par quelque grand crime outragé la nature. 
Mais tout de Jumonville ignorent les destins; 
S'ils ont chargé de fers ses généreuses mains, 
Ou si foulant aux pieds les plus saints privilèges, 
Ils ont teint de son sang leurs armes sacrilèges; 
Et de mille soupçons leurs esprits dévorés, 
Par un jour plus affreux craignent d'être éclairés. 
  
   Devilliers à la fois & citoyen & frère, 
Tremble sur le destin d'une tête aussi chère. 
De noirs pressentimens viennent glacer son coeur, 
Et sa tendre amitié redouble sa terreur. 
  
   Les Français cependant excitent leur audace, 
A chercher Jumonville, à voler sur sa trace. 
On se rassemble, on court à flots impétueux : 
Tout le Fort retentit de cris tumultueux : 
Et les Drapeaux de Marc cachés à la lumiere, 
Noircis pendant la pax d'une oisive poussiere, 
  
[30] Déployés tout-à-coup aux regards du Soleil, 
Annoncent des combats le fatal appareil. 
De l'airain menaçant, précurseur des batailles, 
Les sifflemens aigus remplissent les murailles : 
Dans les antres obscurs des Arnsenaux poudreux, 
Des foudres assoupis on réveille les feux. 
Le Soldat en fureur se couvrant de ses armes, 
Embrasse ses enfans & son épouse enlarmes. 
Dans un lâche repos longtems enseveli, 
Le superbe Coursier par la paix amoi, 
Aux accens de l'airan qui frappent son oreille, 
Léve ses crins mouvans, s'enflamme & se réveille. 
  
   Instruits dans leurs déserts de l'horrible attentat, 
Les farouches humains enfans de ce climat, 
Viennent de toute part pour hâter la vengeance, 
Pour joindre leur massue aux foudres de la France. 
On les voit à grands flots accourir dans nos murs; 
Et ceux qui des rochers creusent les flancs obscurs; 
Et ceux qui cultivant les humides rivages, 
[32] Ont dressé près des lacs leurs cabanes sauvages, 
Ou qui sans cesse armés d'inévitables traits, 
Disputent leurs pâture aux tigres des forêts. 
L'amour pour les Français, l'horreur pour l'Angleterre, 
Enflamme également tous ces fils de la terre. 
  
   Pour guider au combat ces féroces guerriers, 
C'est toi qui fus choisi généreux Devilliers, 
Toi, dans qui la valeur unie à la sagesse, 
N'est point ce fol instinct, cette farouche yvresse 
Dont les fougueux accès, fruit de l'emportement, 
Ne cherchent que le meurtre & le saccagement; 
Mais cette fermeté courageuse & tranquille, 
Qui voit tous les dangers d'un regard immobile, 
Les cherche par devoir, les brave sans fureur, 
Active avec prudence & sage sans lenteur. 
  
   Le Chef à qui Loüis, de ses mains souveraines 
De cet état naissant a confié les rènes, 
[32] Embrasse ce héros de ses larmes baigné. [Note 6] 
,, O guerrier vertueux, ô frere infortuné, 
,, Dit-il, va dans le sang d'un peuple de parjures, 
,, De ton Roi qu'on outrage, effacer les injures. 
,, Ton bras que l'Amérique a vu toujours vainqueur, 
,, Doit un exemple au monde, à la France un vengeur. 
,, Que dis-je? As-tu besoin d'une voix étrangère? 
,, Ecoute la nature, & la voix de ton frère. 
,, Son sort est incertain, ton malheur de l'est pas; 
,, Tu dois briser ses fers, ou venger son trépas. 
,, Mais vous, ô noms sacrés que l'univrs adore ! 
,, O nature! ô justice! ô vertu que j'implore! 
,, Vous passion du sage, amour du genre humain ! 
,, Je puis lever au Ciel une innocente main. 
,, Je n'ai point le premier ensanglanté la terre, 
,, Je n'ai point rallumé le flambeau de la guerre. 
,, Si le sang des himmains recommence à couler, 
,, Si l'Europe à ce choc doit encore s'ébranler, 
[33] ,, Si ces divisions, en meurtres trop fécondes, 
,, Doivent franchir les mers & troubler les deux mondes; 
,, L'Anglais, qui le premier a rompu les traités, 
,, L'Anglais seul est auteur de ces calamités. 
,, Puissent les cris plaintifs de la terre éplorée, 
,, Porter le désespoir dans son ame égarée ! 
,, Et puissent tous les maux qui vont être souffers, 
,, Retomber sur sa tête & veger l'univers ! 
  
            Fin du second Chant


 
  

  
[35] 
  
------------------------------------------------------------------ 
CHANT TROISIéME. 
  
Mais déja tout est prêt; nos ardentes cohortes, 
S'élancent hors des murs & franchissent les portes. 
Déja sous les coursiers la campagne gémit : 
Du bruit des bataillons l'air s'agite & frémit : 
La poussiere en volant forme un nuage immense : 
Les tonneres d'airain, que conduit la Vengeance, 
Traînés dans les forêts d'un pas pénible & lent, 
Roulent avec effort sur leur essieu tremblant. 
  
   Déja le front couvert de ses voiles funébres, 
La nuit sur l'Univers ramenoit les ténébres; 
Et de l'astre du jour les regard expirans, 
Ne lançoient qu'un feu pâle & des rayons mourans. 
Sous la noire épaisseur d'une forêt antique, 
S'avançoient ces héros vengeurs de l'Amérique. 
[36] La nuit qui s'approchoit, augmentant la terreur, 
En redoubloit encore la ténébreuse horreur; 
Et le profond silence & la noirceur de l'ombre 
Imprimoient à ces lieux une majesté sombre. 
Tout-à-coup, ô prodige! une lugubre voix 
D'un long gémissement fait retenir ces bois. 
De mille accens plaintifs la nature est troublée, 
Par de longs tremblemens la terre est ébranlée, 
Ses abîmes profonds s'ouvrent en mugissant, 
Le Soldat éperdu s'écrie en pâlissant. 
Quand du sein de la terre un phantôme effroyable 
S'éléve, & dans les Cieux pousse un cri lamentable. 
Son front cicatrisé, blanchi par la pâleur, 
Semble des pins altiers égaler la hauteur; 
De ses flancs déchirés d'une large blessure, 
Le sang coule à grands flots & pousse un long murmure; 
[37] Des vêtemens affreux, dépouilles des tombeaux, 
Couvrent son corps sanglant de leurs tristes lambeaux; 
Dans ses mains étincelle une torche funébre. 
Tel parut de Laïus le phantôme célébre, 
Lorsqu'il vint révéler de tragiques horreurs, 
Et d'un fils parricide accuser les fureurs. 
  
   Le Soldat reconnoît l'ombre de Jumonville; 
Surpris, glacé d'horreur, il demeure immobile. 
Il jette sur cette ombre un regard effrayé, 
Et frémit à la fois de rage & de pitié. 
  
   Devilliers éperdu tend les bras à son frère : 
,, O toi, s'écria-t'il, ombre terrible & chère, 
,, Triste & fatal objet de tendresse & d'effroi, 
,, Hélas ! c'est donc ainsi que tu t'offres à moi! 
,, O funeste départ, déplorable voyage ! 
,, O de mon coeur troublé trop sinsitre présage ! 
[38] ,, Ce peuple parricide a donc percé ton flanc ! 
,, Je n'en puis plus douter : Je vois couler ton sang. 
Alors, de ces forêts perçant l'affreux silence, 
Le Spectre désolé cria trois fois : Vengeance. 
Les rochers attendris, les antres gémissans, 
Répétèrent au loin ces funébres accens; 
L'enfer s'émeut au bruit de ce triste murmure, 
Et répond par ses cris, aux cris de la nature. 
Le Spectre au même instant disparut & s'enfuit, 
Et rentra dans le sein de l'éternelle nuit. 
  
   Les Français éperdus & courbés vers la terre, 
Restent comme frappés des fléches du tonnerre : 
Une muette horreur semble les glacer tous ; 
L'excès de leurs douleurs enchaîne leur courroux. 
Mais bientôt, dans leur sang la fureur allumée 
Eclate & fait briller leur prunelle enflammée; 
De leurs yeux pétillans jaillissent mill éclairs; 
Mille cris élancés font retentir les airs; 
  
[39] Sous leurs pieds tremble au loin ce sauvage hémisphère; 
Leur bouche frémissante écume de colère; 
Le fer même altéré du sang des assassins, 
S'agite du fureur dans leurs tremblantes mains. 
  
   Le Démon des combats, affamé de carnage, 
Aux cris de la Vengeance accourt sur ce rivage. 
Du sommet d'un rocher, dont le front sourcilleux 
Semble à l'oeil étonné porter le poids des cieux, 
Il donne le signal, & sa voix infernale 
Fait mugir dans les airs sa trompette fatale. 
Les montagnes, les mers, les rochers & les bois 
Tremblèrent aux accens de sa funeste voix. 
Des Français égorgés les manes l'entendirent; 
Leurs cadavres sanglans de joie en tressaillirent. 
Les mères, qu'effrayoient ces redoutables sons, 
Sur leur sein palpitant pressent leurs nourrissons. 
  
[40]    Les ombres cependant éclipsoient la lumière: 
Le Dieu qui des humains vient fermer la paupière, 
Versoit sur l'Univers ses humides pavots; 
Nul Soldat ne se livre aux douceurs du repos. 
Cette image terrible à leurs yeux retracée, 
Dans l'horreur du silence occupe leur pensée : 
Et leurs coeurs enflammés d'une bouillante ardeur, 
De la tardive aurore accusent la lenteur. 
  
   Devilliers tout en proye à sa douleur mortelle, 
Invoque Jumonville; à grands cris il l'appelle, 
Et ses errantes mains le cherchent dans les lieux, 
Où son ombre une fois s'est offerte à ses yeux. 
  
   Enfin l'Astre du jour sortant du sein de l'onde, 
Vient chasser de la nuit l'obscurité profonde; 
Et des premiers raïons l'Olimpe blanchissant, 
Sur l'Univers charmé répand un jour naissant. 
Mille cris sont lancés vers la céleste voûte. 
A travers les forêts le Soldat suit sa route. 
[41] De ces tristes climats les sauvafes enfans, 
Des Français incertains guident les pas errans. 
  
   Ils arrivent enfin dans la fatale plaine, 
Monument éternel de vengeance & de haine, 
Où des Héros Français lâchement égorgés 
Erroient en gémissant les manes outragés. 
Leurs corps cicatrisés par les traits de la foudre, 
Dans ces champs malheureux alloient tomber en poudre. 
A travers ces lambeaux, ces cadavres sanglans, 
Devilliers attendri s'avançoit à pas lents. 
Il voit, il reconnoît, quel spectacle funeste! 
De son frere étendu le déplorable reste. 
Il pousse un cri perçant : de douleurs enivré, 
Il serre entre ses bras ce corps défiguré. 
,, C'est donc toi que je vois, que j'embrasse, ô mon frère! 
,, Ainsi t'offre à mes yeux cette terre étrangère ! 
[42] ,, Le trépas sur ton front étale ses horreurs ! 
,, Ta voix ne peut répondre aux cris de mes douleurs ! 
,, C'est pour ce sort affreux que quittant ta patrie, 
,, Tu t'arrachas des bras d'une mere attendrie, 
,, Et cherchant sur les flots ce fatal univers, 
,, De l'immense Océan tu franchis les déserts ! 
,, Hélas ! tandis qu'ici couché sur la poussiere, 
,, Tes yeux sont pour jamais fermés à la lumiere; 
,, Peut-être prosternée aux pieds des immortels, 
,, Ta mère de ses cris fatigue les autels; 
,, Et redemande aux cieux que sa tendresse implore, 
,, La faveur de revoir ses deux fils qu'elle adore. 
,, C'en est fait : sa douleur, ses cris sont superflus; 
,, Et ses yeux maternels ne te reverront plus. 
,, Mais moi, dans le tombeau si je ne peux te suivre, 
,, Si le destin cruel me force à te survivre; 
,, Se de Mars & des flots évitant les dangers, 
,, Je dois revoir un jour nos antiques foyers; 
[43] ,, Sans toi, comment paroître aux regard d'une mère ? 
,, Comment porter mes pas sous son toît solitaire ? 
,, Déja j'entends ses pleurs, ses lamentables cris, 
,, Me demander mon frère, & reclamer son fils. 
,, Hélas ! ton corps sanglant, privé de sépulture, 
,, Des vautours affamés est l'indigne pâture ! 
,, Et j'étois loin de toi, dans ces momens affreux ! 
,, Et ma mourante main n'a point fermé tes yeux ! 
,, Je n'ai pu t'embrasser ! sur ta bouche plaintive, 
,, Je n'ai pu recuillir ton ame fugitive ! 
,, Ah ! pourquoi, de nos murs quand je t'ai vû partir, 
,, Mon Frère, à te quitter ai-je pu consentir ? 
,, J'aurois suivi tes pas sur ce rivage impie, 
,, Aux dépens de mes jours j'aurois sauvé ta vie : 
,, Ou si je n'avois pu prévenir ton trépas, 
,, Au sein des meurtriers j'eusse enfoncé mon bras, 
,, Dans leurs rangs confondus semé les funérailles, 
,, De ma sanglante main déchiré leurs entrailles, 
[44] ,, Et moi-même immolé pour te prouver ma foi, 
,, J'aurois en t'embrassant expiré près de toi. 
  
   A ce discours succède un lugubre silence. 
La tristesse, l'horreur, la pitié, la vengeance, 
Dans son coeur déchiré dominent à la fois. 
Immobile, éperdu, sans couleur & sans voix, 
Sur ces restes affreux sa vûe est attachée. 
Tous les Français, l'oeil morne & la tête panchée, 
Rangés autour de lui partagent ses douleurs : 
Leurs visages guerriers sont humectés de pleurs 
Que dis-je ? des forêts ces hôtes sanguinaires, 
Qui des loups dévorans partagent les repaires, 
Ces Sauvages mortels, dont la férocité 
Avec le sang des ours sucça leur cruauté, 
Dont rien ne peut dompter l'inflexible rudesse, 
Qui sourds à la pitié, la prennent pour foiblesse, 
Pour la premiere fois se sentent ébranler : 
 De leurs yeux attendris on voit des pleurs couler. 
[45] ,, Tout-à-coup Devilliers Quoi nous versons des larmes ! 
,, Nous Français ! nous guerriers ! nous qui portons des armes ! 
,, Nous pleurons ! & l'Anglais qui cause nos tourmens, 
,, Insulte avec orgueil à nos gémissemens. 
,, Nous pleurons ! n'avons-nous que des pleurs à répandre ? 
,, O mon frère, est-ce là ce qu'exige ta cendre ? 
,, Une oisive pitié doit encor t'irriter. 
,, C'est un tribut de sang qu'il faut te présenter. 
,, Allons, braves amis, héros vengeurs des crimes, 
,, Allons sur ces ramparts immoler nos victimes. 
,, Jumonville vous guide, & son ombre en courroux 
,, Contre vos ennemis dirigera vos coups. 
  
   Il dit, & vers ces murs en horreurs si fertiles, 
De son coursier fougueux presse les flancs agiles. 
[46] Deux fois en fait le tour, & d'un oeil curieux 
Mesure avidement ce Fort audacieux. 
Son regard étincelle, & son bouillant courage 
Voudroit au même instant s'y frayer un passage. 
Ainsi dans les déserts des sables Africains, 
Une lionne horrible & l'effroi des humains, 
A qui dans son absence une cruelle adresse, 
Ravit ses lionçeaux, objets de sa tendresse, 
Suit les pas du chasseur, sur le sable imprimés, 
Et vole jusqu'au lieu qui les tient renfermés. 
Furieuse, écumante, & de sang altérée, 
De ce coupable azile elle assiége l'entrée, 
Et les crins hérissés, autour de ces ramparts, 
Promème en rugissant ses avides regards. 
  
            Fin du Troisiéme Chant. 
  
[47] 
  
------------------------------------------------------------------ 
CHANT QUATRIéME. 
  
Déja nos Bataillons précédés par la craine, 
Ont renfermé le fort dan sleur terrible enceinte. 
Leur Chef d'un front serein dispose le trépas, 
Et du soldat fougueux a réglé tous les pas. 
Des Anglais investis la farouche insolence 
Du haut de leurs ramparts semble braver la France. 
Mais en vain par la haine & la rage animé, 
D'un intrépide orgueil leur front paroît armé; 
Une sourde terreur étonne leurs courages, 
Et dément en secret ces superbes visages : 
Du sang qu'ils ont cersé les formidables cris, 
D'un désordre vengeur tourmentent leurs esprits : 
Jumonville les glace, & son ombre irritée 
Fait siffler ses Serpens dans leur ame agitée. 
  
   Ces favoris des Arts & du Dieu des combats, 
Qui portent dans leurs mains l'épée & le compas, 
[48] Qui joignent l'art de vaincre avec l'art du Génie, 
Et consacrent à Mars les leçons d'Uranie, 
Déja contre les murs ont dirigé l'effort 
De ces bouches d'airain qui vomissent la mort. 
A l'aide du compas leur main sûre & puissante 
Sçait guider à son gré la foudre obéissante, 
Lui montre les ramparts quelle doit écraser, 
Et lui prescrit les lieux qu'il lui faut embraser. 
  
   Dans un ordre effrayant ces fatales machines 
Aux ramparts menacés annoncent leurs ruines. 
Dans le creux du cylindre avec art entassé, 
Par le Soldat poudreux le salpêtre est pressé : 
Et les globes de fer entourés de bitume, 
Attendent le moment que le souffre s'allume. 
Le signal est donné ; les feux étincelans, 
De l'amorce embrasée ont passé dans les flancs. 
La flamme resserrée, active, impatiente, 
S'agite avec fureur dans sa prison brûlante ; 
[49] De l'airain mugissant elle chasse à grand bruit 
Ces globes messagers de la mort qui les suit. 
Soudain l'air s'obscurcit d'une épaisse fumée ; 
Un nuage de souffre enveloppe l'armée; 
La terre épouvantée en frémit de terreur ; 
L'airain qui les vomit, en recule d'horreur. 
Ces tempêtes de fer, cette grêle homicide, 
Divise l'air, qui céde à sa course rapide ; 
Et du Fort ébranlé jusqu'en ses fondemens, 
Frappe à coups redoublés les bouelvard fumans. 
  
   L'Anglais audacieux, fier au sein des alarmes, 
Fait du haut de ses murs tonner les mêmes armes. 
Les éclairs enflammés répondent aux éclairs ; 
La foudre vient heurter la foudre dans les airs. 
De feux environné, le Soldat dans la plaine 
Ne reçoit das ses flancs qu'une brûlante haleine. 
Enfin le Fort s'entr'ouvre, & prêt à s'écrouler 
Son superbe rampart commence à chanceller. 
[50] Le Français à grands cris appelle la vengeance : 
D'un cours impétueux vers la brêche il s'avance. 
Le fier Américain, les bras ensanglantés, 
Le suit d'un pas égal & marche à ses côtés ; 
Tel qu'un tigre en fureur à l'aspect de sa proye, 
En marchant il écume, & tressaille de joie. 
Déja dans son esprit, des Anglais expirans 
Il croit fouler aux pieds les membres palpitans, 
Armé du plomb fatal & du fer homicide, 
L'Anglais affecte encore un orgeuil intrépide. 
Son épais bataillon offre un rampart vivant, 
De piques hérissé, de feux étincellant. 
  
   L'aspect des assassins teints du sang de son frère, 
Enflamme Devilliers, redouble sa colere. 
Remplis de son courroux, ses superbes Soldats 
Dans les rangs ennemis ont volé sur ses pas. 
La soif de se venger, l'emportement, la rage, 
Frappent à coups pressés, & sèment le carnage. 
La Mort impitoyable errant sur ces débris, 
Remplit l'air d'alentour de ses lugubres cris : 
[51] Mille traits aiguisés arment ses mains cruelles : 
Dans des ruisseaux de sang elle trempe ses ailes. 
  
   Par la flamme & le fer les Anglais terrassés, 
Déja couvrent les murs de leurs corps entassés ; 
Et leurs manes sanglans, dans les royaumes sombres, 
Des Français égorgés vont appaiser les ombres. 
Sur un épais nuage assise dans les airs, 
L'ardente Némésis fait briller ses éclairs. 
Des forfaits des mortels vengeresse implacable, 
Elle tient dans ses mains un glaive redoutable ; 
Et son souffle puissant, ame de ces combats, 
Dans le sein des Anglais dirige le trépas. 
  
   Ils cédent : c'en est fait : la terreur qui les glace, 
étonne leur courage & dompte leur audace. 
Vaincus, chargés de fers, ces monstres désarmés, 
D'un reste de fureur sont encor enflammés ; 
Et la férocité que la valeur surmonte, 
Sur leur front abbattu se mêle avec la honte. 
[52] Devilliers s'adressant à ses Soldats vainqueurs, 
,, Héros qui m'écoutez, intrépides vengeurs, 
,, Que j'aime à voir vos bras tout fumans de carnage ! 
,, Fiers soutiens de la France, achevez votre ouvrage. 
,, Assez & trop longtems ces funestes ramparts, 
,, De leur aspect impur ont souillé nos regard. 
,, Sous nos puissants efforts que ces tours se renversent ; 
,, Que leurs débris épars dans les champs se dispersent ; 
,, Qu'un jour dans ces déserts le voyageur conduit, 
,, Y cherche en vain la place où ce Fort fut construit ; 
,, Et ne laissons enfin sur la terre où nous sommes, 
,, Que le courroux des cieux & la haine des hommes. 
  
   Il dit : & le Soldat lui répond par ses cris. 
une ardeur renaissante enflamme les esprits. 
[53] De ce Fort odieux on brise les murailles ; 
De la terre étonné on perce les entrailles ; 
Et dans ses flancs obscurs les fondemens cachés, 
Par mille bras unis sont bientôt arrachés. 
On renverse ces toits, ces cabanes cruelles, 
Des brigands assassins retraites criminelles. 
A l'aide du Salpêtre, élancés dans les airs, 
Les murs en retombant font trembler ces déserts ; 
L'Olympe retentit : une affreuse poussiere, 
De ses voiles épais obscurcit la lumiere. 
A l'effort du Soldat & du fer destructeur, 
Les feux joignent encor leur active fureur. 
La flamme qui pétrille en consumant sa proye, 
A replis ondoyans dans les airs se déploye : 
Et ces coupables lieux n'offrent plus aux regards, 
Que des monceaux de cendre & des rochers épars. 
  
   O malheureux Anglais ! Peuple foible & superbe ! 
Voilà donc vos ramparts ensevelis sous l'herbe ! 
[54] Impuissans dans la guerre, assassins dans la paix, 
Lâches pour vous défendre, hardis pour les forfiats, 
Où sont ces grands guerriers, ces Héros magnanimes? 
N'êtes-vous vourageux qu'à commettre des crimes? 
Tremblez : ces premiers coups de nos justes fureurs, 
De maux plus grands encor sojnt les avant-coureurs. 
Je vois dans ses projets votre audance trompée, 
Des flots de votre sang l'Amérique trempée. 
* Bradhoc de vos complots sinistre exécuteur,    *             Bradhoc [Braddock], Général Anglais, qui 
Des Traités & des Loix sacrilége infracteur,                        avoit fait une invasion dans le Canada 
Qui devoit en guidant vos troupes conjurées,                      avec un corps de troupes considérable, fut 
Au Char de l'Anglerterre enchaîner nos contrées,               vaincu par une armée de Français & de 
[55] Sur des monceaux de morts, percé de mille coups,     Sauvages réunis. Il périt lui-même dans le 
Exhale ses fureurs & son ame en couroux.                          combat. 
  
   * O triste Virginie! ô malheureux rivages!                        Ravages affreux des Sauvages dans les 
Je vois vos champs en proye à des monstres sauvages.          Colonies Angloises 
Je vois dans leurs berceaux vos enfans massacrés, 
De vos vieillards sanglans les membres déchirés, 
Vos ramparts & vos toits dévorés par les flammes, 
La massue écraser vos filles & vos femmes, 
Et dans leurs flancs ouverts leurs fruits infortunés, 
Condamnés à périr avant que d'être nés. 
Votre sang n'éteint pas l'ardeur qui les dévore : 
Sur vos corps déchirés & palpitans encore, 
Je les vois étendus, de carnages souillés, 
Arracher vos cheveux de vos fronts dépouillés, 
Et fiers de ce fardeau, dans leur mains triomphantes, 
Montrer à leurs enfans ces dépouilles fumantes. 
[56] Quelque soient les forfaits qui nous ayent outragés, 
Anglais, peut-être hélas, sommes-nous trop vengés. 
  
   L'Amérique s'éloigne & l'Europe m'appelle ; 
Là je vous vois flétris d'une honte nouvelle. 
  
   Ces * superbes ramparts qui captivants les mers             Conquête de Minorque sur les Anglais 
A Neptune indigné sembloient donner des fers, 
Et dominant au loin sur ses plaines profondes, 
Au joug de la Tamise asservissoient ses ondes; 
De leurs fiers défenseurs devenus le cercueil, 
Ont vu par le Français terrasser leur orgueil. 
De Mahon écrasé je vois les murs en poudre, [Note 7] 
Sur ses rochers brisés, je vois fumer la foudre. 
  
   Ces ** errantes forêts, & ces nombreux vaisseaux          ** Bataille navale gagnée par M. le 
Sous qui le Dieu des mers sembloit courber ses flots,              Marquis de la Galissonière sur
[57] Et qui du fol espoir d'un chimérique empire,                                        l'Amiral Bink [Byng] 
Nourrissoient de vos coeurs le superbe délire, 
Démentant aujourd'hui cet espoir suborneur, 
A Neptune vengé font voir leur déshonneur. 
De leurs débris flottans je vois les mers couvertes ; 
L'Océan affranchi s'applaudit de vos pertes ; 
Vos pâles Matelots gémissent dans nos fers ; 
Le sang de vos guerriers teint l'écume des mers. 
  
   Mon * oeil parcourt au loin ces immenses contrées,         * Comptoirs des Anglais dans l'Afrique & 
Par le flambeau des cieux de plus près éclairées,                  dans les Indes, ruinés par les Français 
Ces lieux où le Niger brûlé dans ses roseaux, 
Sous les feux du Midi voit bouillonner ses eaux ; 
Et ceux de l'Indien, qui voisin de l'aurore, 
Voit naître le premier astre qui le colore. 
Par la voix du commerce appellés sur ces bords, 
Tous les peuples en foule y portoient leurs trésors ; 
[58] Et vos avares mains sur ces rives fécondes, 
Amassoient à loisir les tributs des deux mondes. 
Par le Français vainqueur ravagés & détruits 
Ces Temples de Plutus en cendres sont réduits. 
Sur ces bords désolés votre commerce expire ; 
Cet arbre dont les fruits nourrissoient votre empire, 
Coupé dans sa racine & couvert de débris, 
Voit sa tige séchée & ses rameaux flétris ; 
Et l'or de ces climats égaré dans sa source, 
S'éloignant de vos bords, dirige ailleurs sa course. 
  
   C'est ainsi qu'aux forfaits égalant les revers, 
Un Dieu de vos débris remplit tout l'Univers. 
De l'ardent équateur aux deux pôles du monde, 
Némésis vous poursuit sur la terre & sur l'onde. 
De quoi vous ont servi tant de droits profanés, 
Et cet affreux tissu de forfaits combinés, 
Qui sourdement tramés dans l'ombre & le silence, 
Devoient en éclatant anéantir la France? 
[59] Tous ces traits que vos mains aiguisoient contre nous, 
Lancés par vos fureurs, sont retombés sur vous. 
  
   Ainsi des Dieux vengeurs la justice éternelle, 
Terrasse des méchans l'audace criminelle. 
Fléau de l'Univers, ô peuple ambitieux, 
Crains le bras des mortels & la foudre des Dieux. 
  
FIN 
  
  
  
Notes 
  
1. Précepteur en l'Université de Paris. 
  
2. “What race of men is this? What fatherland is so barbarous as to allow this custom?” Virgil, Aeneid I:539-40. See my note on this epigraph at the end of the Introduction, above. 
  
3. Gaulish goddess of war. 
  
4. French victories during the War of the Austrian Succession (1740-48). 
  
5. The presentation of Jumonville as French-born, here and in the following passages, is incorrect. Jumonville was born in Canada. See the Eccles article in the Bibliography above. 
  
6. The speaker is the French commander at Fort Duquesne, Claude-Pierre Pécaudy de Contrecoeur. 
  
7. Port-Mahon, in Minroca, seized from the British during the war.

David A. Bell

Sidney and Ruth Lapidus

Professor in the Era of

North Atlantic Revolutions

 

Department of History

 

Princeton University

 

 

Website updated July 2018